vendredi 20 décembre 2019

Comment réussir sa reprise d'entreprise ? Conseils de repreneurs aguerris !

Trouver une société à acquérir et concrétiser avec succès la reprise n'est qu'une première étape. L'enjeu, c'est le respect des engagements, la réussite de l'opération dans la durée, l'accomplissement personnel... Impressions, observations et conseils de repreneurs aguerris sur le vécu de leur aventure entrepreneuriale. 

Conseils de repreneurs d'entreprises familiales
 
Avoir l’avis de l’expert-comptable
François, repreneur d’une entreprise de fabrication de matériaux isolants

« Il faut être lucide et réaliste, ne pas se raconter d’histoires, ne pas s’emballer, avoir conscience que beaucoup d’entreprises de sociétés potentiellement à reprendre offrent peu de visibilité et sécurité. Il faut écouter les autres, sa famille, sa femme et ses enfants, et avoir l’avis de son expert-comptable. »


Le point le plus important, c’est de trouver sa cible
Guillaume, repreneur d’une entreprise de menuiserie aluminium et bois

« La reprise d’une entreprise est un parcours du combattant. Pour moi, le chemin a été long, difficile, semé d’embûches, avec des espoirs fugitifs suivis de multiples déceptions avant de trouver le cadre propice à une belle aventure. Le point le plus important, c’est de trouver sa cible. Mais vouloir aller trop vite, c’est prendre le risque de se tromper et le regretter ensuite. »


Il faut une fourchette de valorisation réaliste
Damien, repreneur d’une entreprise de traitement du bois

« La valorisation doit tenir compte en priorité des résultats obtenus en période de croissance molle. On ne peut plus se baser comme par le passé sur la moyenne des paramètres financiers des trois dernières années. »


Mesurer l’importance de l’intuitu personae du cédant
Sylvain, repreneur d’une société de fourniture industrielle

« Le plus difficile pour moi qui reprend régulièrement des entreprises est de mesurer la part d’intuitu personae du cédant et la culture de l’entreprise à reprendre. La croissance externe est très complémentaire à la croissance interne. Dans la balance des aspects positifs et négatifs d’une opération de croissance externe, on est souvent proche de l’équilibre. Après coup, je constate parfois que 1 + 1 + 1 = 2. »


Disposer d’un tableau de bord fiable
Philippe, repreneur d’une entreprise de fabrication d’emballages

« J’ai sous-estimé la difficulté de créer un tableau de bord fiable. Il faut du temps pour le concevoir car il faut une connaissance fine de l’activité de l’entreprise. Quand il y a des dérapages ou foyer de pertes, il faut pouvoir réagir immédiatement. Le cédant disposait d’indicateurs en apparence sommaires, mais qui étaient en pratique d’une grande fiabilité et il avait l’aide de son épouse qui avait un œil de chien de garde sur tout quand son mari était à l’extérieur. »


Avoir une énorme envie de reprendre
Alexandre, repreneur d’une entreprise de couverture étanchéité

« Le repreneur doit avoir une énorme envie de reprendre une société et se mettre à son compte. Il faut qu’il ait cela dans la peau. Quand on est repreneur, on est souvent désemparé par la difficulté à trouver des dossiers, et on a souvent l’impression de s’adresser à un mûr. Il est essentiel pour tout repreneur d’avoir à ses côtés un conseil pour l’aider à se décider. »


Ne pas parler de la valorisation la première fois
Augustin

« J’ai perdu la confiance du cédant en abordant directement avec lui lors de notre première rencontre la question de la valorisation de son entreprise. C’est la question qui fâche. C’est avec le conseiller du cédant qu’un repreneur doit traiter cette question. »


« être employeur, c’est le vrai moteur de ma vie, je me sens totalement impliqué et utile à la vie économique de mon pays »

Envisager l’échec plus tôt
Grégoire, repreneur d’une société de chauffage, sanitaire, climatisation

« Une fois qu’on est dans l’entreprise, il y a plein d’urgences et il est très difficile de relever la tête du guidon. Il faut savoir envisager plus tôt un échec. Renflouer ne sert à rien et m’a juste permis d’acheter du temps. J’aurais dû me mettre plus tôt sous plan de sauvegarde et souscrire une assurance pour disposer d’un revenu après la cessation de mon activité. »


Avoir un plan B
Jean-Marc, repreneur d’une entreprise de charpente métallique

« Il y a des aléas imprévisibles dans l’aventure de la reprise d’une entreprise. Je conseille d’avoir un plan B et peut-être même C et D ! Quelles sont les marges de manœuvre si la rentabilité attendue n’est pas au rendez-vous, si le coût de la reprise est plus élevé et si la mise en œuvre du projet prend plus de temps que prévu ? » 


Un apport sérieux pour être crédible auprès des banques
Laurent, repreneur d’une entreprise de mécanique et maintenance industrielle

« Le plus dur pour tout repreneur, c’est de trouver une entreprise à reprendre finançable. La recherche du financement fait partie des étapes essentielles. Il faut un apport sérieux pour être crédible auprès des banques. »  


Réussir le management des gens
Valentin, repreneur d’une société d’électronique industrielle

« Le plus compliqué dans la reprise, c’est le management des gens, mais c’est aussi une source de satisfaction. Etre employeur, c’est le vrai moteur de ma vie. Je me sens totalement impliqué et utile à la vie économique de mon pays. Je fais vivre des familles même si cela se fait parfois au détriment de la mienne et de ma propre santé.  »

Propos de repreneurs et dirigeants d'entreprises recueillis par Jean-Yves LESTRADE

dimanche 17 novembre 2019

TRANSMISSION D'ENTREPRISE : les experts du réseau FRANCESSION vous accueillent au salon TRANSFAIR à Paris au PALAIS DES CONGRES le jeudi 21 novembre 2019



Venez rencontrer les experts en cessions et acquisitions d'entreprises du réseau FRANCESSION à l'occasion du salon TRANSFAIR à Paris au Palais des Congrès Porte Maillot le jeudi 21 novembre 2019 de 9 h à 19 h  stand n°7.  


Table-ronde


Vous pourrez assister de 14 h 30 à 15 h 15 salle LE PODIUM à notre table-ronde sur le thème FAIRE APPEL A UN CONSEIL EN TRANSMISSION D'ENTREPRISE : LA CONDITION DE LA REUSSITE

  • La valeur ajoutée du conseil financier - Alain BAUMANN et François PIEL 
  • Le facteur émotionnel d'une transmission d'entreprise - Jean-Christophe DUBOS et Hervé LEFEUVRE
  • Acquisition d'entreprise : les facteurs de succès et les erreurs de base à éviter - Jean-Yves LESTRADE
Jean-Yves LESTRADE, conseil et rapprochement d'entreprises, membre du réseau FRANCESSION, tél : 06 08 31 68 86


dimanche 15 septembre 2019

Contrôle technique de l'entreprise à céder ? Table-ronde à Nancy le 19 septembre 2019

Vous êtes invités à assister à la table-ronde animée par Marc CHAMOREL de la revue REPRENDRE & TRANSMETTRE MAGAZINE à Nancy (Maison de l'entreprise - Medef 54) le jeudi 19 septembre à 18 h sur le thème :


Vous rencontrerez à cette conférence les différents experts des cessions et acquisitions d'entreprises : le conseil de l'acquéreur, l'expert-comptable, le conseil du vendeur, l'investisseur prêteur et vous aurez le témoignage d'un chef d'entreprise. Je participerai aussi à cet échange en donnant mon point de vue sur ces questions.

Jean-Yves LESTRADE, conseil et rapprochement d'entreprises (Grand Est), membre du réseau FRANCESSION, tél : 06 08 31 68 86


lundi 17 juin 2019

Jean-Yves LESTRADE (FRANCESSION) conseille la cession de la société PRESTELYS (Moselle) reprise par le groupe ADELYA

Jean-Yves LESTRADE (FRANCESSION) a accompagné avec succès la cession de la société PRESTELYS à Marly (Moselle), entreprise de fourniture de matériel industriel de blanchisserie, créée par Luc Plichet en 2010.

L'acquéreur : groupe ADELYA

Le repreneur est le groupe familial ADELYA (70 millions de CA), leader dans la distribution de produits et matériels d’hygiène aux professionnels. Cette opération s’inscrit dans un schéma d’adossement  de la société PRESTELYS à un groupe national lui offrant des nouvelles perspectives et synergies. Luc PLICHET, ancien gérant, va poursuivre le développement d’ADELYA Grand Est sur le marché du matériel et des produits pour l’entretien des textiles qui représente 15 millions de CA chez ADELYA TEXTILE CARE.  

Conseils de l’opération
  • avocats du repreneur : Marielle DUBOIS et Francois FORESTAS du cabinet SFP Conseils Associés (Saint-Yrieix-sur-Charente, 16)
  • avocat du cédant : Olivier BENOIT (Nancy, 54)
  • expert-comptable du cédant : Stéphane PIZELLE (Pont-à-Mousson, 54)
  • conseil en cession du cédant : Jean-Yves LESTRADE (Metz, 57)
Jean-Yves LESTRADE est membre du réseau FRANCESSION (13 cabinets indépendants de fusions acquisitions présents sur tous les territoires en France) qui a réussi plus de 500 opérations de cessions, acquisitions et levées de fonds depuis 10 ans.

samedi 30 mars 2019

Cession d'entreprise : 20 points de contrôle incontournables !



Vous êtes invités à assister à la table-ronde organisée par la revue REPRENDRE & TRANSMETTRE MAGAZINE à la CCI de Troyes (1 boulevard Charles-Baltet) le mercredi 3 avril à 18 h sur le thème :

" Contrôle technique " de l'entreprise à céder

20 points de contrôle incontournables pour tout savoir sur les forces et faiblesses de la cible !

- les cadeaux empoisonnés du cédant
- les négligences coupables du repreneur
- la fiscalité de la cession : les points essentiels
- savoir acheter ou savoir vendre au bon moment...

Je participerai à cet échange aux côtés d'experts en transmission d'entreprise (Serge Clerc du cabinet EXTRAN, Jean-François Martin de la SOCIETE GENERALE, Olivier Jauze de KPMG, Olivier Halley de FIDAL) et deux témoins chefs d'entreprises (Jean Delignieres repreneur de la société APC et Brice Peree, cédant de l'entreprise TI-IT).

Jean-Yves LESTRADE, conseil et rapprochement d'entreprises (Grand Est), membre du réseau FRANCESSION  Tél : 06 08 31 68 86

samedi 23 mars 2019

Le réseau FRANCESSION se renforce et intègre le cabinet JEAN-YVES LESTRADE CONSEIL dans le Grand Est

Les experts des 10 cabinets indépendants de transmission d'entreprise du réseau FRANCESSION

FRANCESSION est un réseau qui fédère 10 cabinets indépendants de transmission d'entreprise. Il est présidé depuis dix ans par Alain BAUMANN, dirigeant du cabinet CESSIO FINANCE à Paris. Avec ses douze partenaires, le réseau FRANCESSION :  
est présent sur tous les territoires en France,
  • a réussi plus de 500 opérations de cessions, acquisitions et levées de fonds en dix ans,
  • concrétise avec succès chaque année 30 missions de cessions et acquisitions d'entreprises, soit plus de 2 opérations chaque mois,
  • a en permanence un portefeuille actif de plus d'une centaine de mandats de cessions, acquisitions et levées de fonds.
  •   
    Les experts du réseau FRANCESSION présentent des références d'opérations réussies sur tous les territoires

    
    Opérations FRANCESSION de cessions d'entreprises, acquisitions d'entreprises et levées de fonds en Ile de France
    La majorité des opérations des cabinets du réseau FRANCESSION concernent des sociétés réalisant un chiffre d'affaire supérieur à un million d’euros mais le réseau est également actif auprès des TPE avec de belles références de réussites. Les interventions se font dans de nombreux secteurs d'activités (services et tertiaires, industrie, transport et logistique, BTP et second œuvre, distribution et négoce...) et dans toutes les régions.
     

    Taille des entreprises des opérations de cessions réussies par le réseau FRANCESSION



    Jean-Yves LESTRADE déjà partenaire de FRANCESSION



    Le cabinet JEAN-YVES LESTRADE CONSEIL est un partenaire bien connu des experts du réseau FRANCESSION avec lesquels il a déjà mené à bien plusieurs opérations. Créé en 2008 à Metz, il rayonne surtout sur le Grand Est (Lorraine, Champagne Ardenne, Alsace) et présente de belles références de transmissions réussies dans une démarche guidée par la plus grande discrétion et confidentialité.

     

    Jean-Yves LESTRADE a un parcours professionnel dans la banque d’entreprise (LCL), le financement d’immobilier d’entreprise (ALSABAIL - Alsace), le secteur des travaux publics (EIFFAGE) et le conseil en stratégie d’entreprise. Il possède une connaissance fine du tissu économique et des réseaux de la transmission d’entreprise des territoires du Grand Est et parle l’allemand et l’anglais.
     

    FRANCESSION recherche de nouveaux membres


    Alain BAUMANN précise « le réseau FRANCESSION se développe et se renforce. Nous cherchons de nouveaux membres sur toutes les régions en France et dans les pays européens limitrophes. Il s'agit généralement de professionnels déjà connus dans la profession et dans les principaux réseaux de la transmission d'entreprise. Ces experts pourront bénéficier chez FRANCESSION du précieux partage d’expérience, du savoir-faire et de la dynamique de groupe qui accélère la réussite des opérations ! ».
     

     

    Alain BAUMANN (à gauche), Président de FRANCESSION et dirigeant du cabinet CESSIO FINANCE à Paris : 06 73 25 04 33

    Jean-Yves LESTRADE : 06 08 31 68 86

    mardi 12 février 2019

    Cession d’entreprise : et si vous vous faisiez aider pour vendre votre société ?

    Les chefs d’entreprises se demandent parfois à quoi bon se mettre en vente si c’est un chemin de croix et si la valorisation ne convient pas. La démarche de cession les oblige à se poser des questions auxquelles ils n’ont pas envie de répondre. La tentation pour le cédant est grande, face aux difficultés et à l’inconnu, de se replier sur lui-même et remettre à plus tard ce sujet qu’il ne peut pas maîtriser tout seul. Il y a de nombreuses raisons d’agir autrement et d’engager sans délai le processus de cession d’une société.


    Partir l'esprit tranquille pour réaliser d’autres projets d’accomplissement personnel

    Il y a de nombreux managers repreneurs talentueux en recherche d’entreprises. Ils rêvent d’acquérir une société et ils sont désespérés par la difficulté à rencontrer des cédants qui n’osent pas parler de ce sujet. Il y a aussi beaucoup d'entreprises en recherche de sociétés complémentaires à leurs propres activités à reprendre et développer. 

    Les salariés qui connaissent l’âge du dirigeant se font souvent du souci pour la pérennité de leur entreprise et de leur emploi ; ils sont rassurés quand il y a une solution de continuité permise par une cession transmission à un repreneur.

    Tous les dirigeants d’entreprises peuvent être très fiers de leur parcours professionnel qui a connu beaucoup de réussites et de moments forts. Ils savent aussi à quel point leur entreprise est utile pour faire vivre leur territoire. Le plus important est de pouvoir partir l'esprit tranquille pour réaliser d'autres projets d'accomplissement personnels et profiter pleinement de la retraite.

    La démarche de cession est une démarche de progrès pleine d’enseignements pour préparer la transmission

    Toute entreprise a besoin un jour ou l’autre de sang neuf, d’une nouvelle vision, d’une nouvelle impulsion. Il y a plusieurs méthodes pour cela, la principale étant un changement de dirigeant.

    La démarche de cession est une démarche de progrès pleine d’enseignements. Il n’est pas rare que le processus de recherche d’un repreneur permette un déclic pour trouver une solution optimale de cession à un acquéreur extérieur en association avec les hommes et les femmes clés de la société, ce qui n’était pas concevable avant.

    La cession de la société est le moyen le plus performant pour à la fois assurer la continuité de l’entreprise et pour permettre au cédant de récolter le fruit de son travail. Il n’y a aucune gêne à avoir quand on engage une démarche sérieuse pour aboutir à l’objectif de cession dans les meilleures conditions possibles. C’est le devoir d’un chef d’entreprise de gérer avec intelligence et tout le professionnalisme requis ce projet si important pour lui-même et pour le devenir de sa société.

    Les cédants sont unanimes pour dire qu’ils auraient dû se faire aider plus tôt

    Les chefs d’entreprises savent pertinemment que pour réussir à vendre leur société, ils doivent se remettre en question, s'ouvrir aux autres, préparer leur entreprise dans cet objectif, communiquer des informations sensibles, accepter des concessions, accepter une perte de pouvoir, se faire aider...

    Etre accompagné est une condition clé de la réussite. Les statistiques montrent que les chances de vendre et les conditions de la cession sont bien plus élevées avec l’aide des professionnels de la transmission. Ils veillent à la confidentialité, ils prospectent les repreneurs, ils valident leur sérieux et capacité financière, ils impulsent une dynamique de négociation, ils font bénéficier le cédant de leur expérience sur de multiples cas de cession, ils agissent avec simplicité et réactivité, ils mettent en œuvre un processus balisé qui permet au cédant de rester concentré sur la gestion de son entreprise.

    Leur travail est totalement complémentaire à celui des experts comptables, avocats, financeurs, conseillers institutionnels et chambres consulaires… Le métier de conseil en transmission est un métier d'expert qui demande beaucoup d'expérience et de savoir-faire.

    Les chefs d'entreprises qui ont réussi à vendre reconnaissent tous que la cession de leur société a été une belle aventure qui a été souvent pimentée par des moments de doutes, des obstacles et des aléas imprévisibles. Ils sont aussi unanimes pour dire qu’ils ont perdu beaucoup de temps à ne rien faire ou essayer de vendre tout seul et qu’ils auraient dû se faire aider plus tôt.

    Jean-Yves LESTRADE, membre du réseau FRANCESSION